pictureEn tant que linguistes nous nous retrouvons souvent perplexes, choqués, voir même horrifiés de la manière peu orthodoxe et loin des règles avec laquelle chaque jour de plus en plus de personnes communiquent à travers les réseaux sociaux et la messagerie instantanée. Mondialement, il semblerait que nous nous trouvions au début de l’apocalypse de la grammaire et de l’orthographe. Peu importe la langue, nous observons de quelle façon sont massacrés les mots si sacrés à nos yeux, conséquence de la vitesse et de l’immédiateté de la communication offerte par Internet. S’agit-il d’une violation des règles en toute conscience, par ignorance de celles-ci ou s’agit-il d’apathie ? Il semble que le besoin de vitesse joue un rôle majeur, mais nous avons également constaté que la prolifération de la communication électronique et immédiate ne conduit pas seulement à la dégradation de la langue…

Au-delà des «horreurs» linguistiques que nous pouvons trouver, la vitesse et l’informalité de ces «nouvelles» méthodes de communication conduisent également à l’utilisation d’un nombre croissant d’expressions familières. Alors qu’avant ces expressions étaient dispersées lentement et principalement par le bouche à oreille, sur le World Wide Web, celles-ci sont réparties à l’échelle mondiale. Certains régionalismes commencent à être utilisés dans des endroits très éloignés de leurs origines, et quelques expressions qui étaient autrefois propres à une région intègrent le vocabulaire habituel des personnes n’ayant aucun lien avec cette région. À titre d’exemple il est possible de citer l’utilisation quasi-universelle de certains acronymes et abréviations en anglais, tels que OMG, LOL, BTW, ASAP, FYI, qui se sont propagés à travers le monde principalement par les memes, les réseaux sociaux et l’utilisation du courriel. Dans un environnement plus limité, des spécialistes britanniques de la langue ont découvert qu’il est de plus en plus fréquent d’entendre les gens du nord du Royaume-Uni utiliser des expressions comme lush ou tidy, utilisés au Pays de Galles pour dire que quelque chose est intéressant, ou écouter des personnes du sud du Royaume-Uni utiliser le terme mint, employé dans la région de Manchester pour dire que quelque chose est bien . Et beaucoup de ces termes commencent à être reconnus non plus comme appartenant à une seule langue ou une seule région, mais comme quelque chose de beaucoup plus large. Certains régionalismes se transforment en tournures appartenant à la langue qui les englobe, et certaines tournures d’une langue commencent à faire partie d’un langage universel.

Il est certain que la vitesse des nouveaux moyens de communication entraîne un usage beaucoup plus souple de la grammaire et de l’orthographe, et cette même vitesse et cette souplesse conduisent également à la propagation d’une utilisation plus naturelle et personnelle de la langue. C’est l’utilisation d’une langue qui permet son évolution et sa survie. Nous ne devons pas oublier que la langue est en quelque sorte un organisme vivant évoluant, se développant et se renforçant au fur et à mesure de son utilisation. Si elle est contenue dans un espace géographique limité et pratiquée par un nombre limité d’intervenants, elle finit par disparaître. La vitesse et l’immédiateté de communication sur les médias sociaux et le manque de limites maintiennent les langues en vie et permettent la propagation de nombreux régionalismes et dialectes qui nourrissent les langues de nouvelles expressions, les rendant plus riches, colorées et expressives.