999999999999999991-224x300

Écrire un ouvrage dans une langue étrangère est une tâche audacieuse, peut-être même un peu prétentieuse. Nous connaissons tous les limites que cela comporte. Certains le prennent comme un défi, d’autres peuvent se sentir un peu plus à l’aise, mais au moment d’écrire quelque chose un peu plus long qu’une simple chanson, les choses peuvent devenir assez compliquées.

Une chose particulière et anecdotiques qui a eu lieu lors de la cérémonie des Oscars, récemment: le prix du meilleur scénario original a été donné à quatre écrivains pour un film qui fut tourné en anglais, mais un seul d’entre eux était natif de cette langue. Nous ne pouvons pas laisser ce fait passer inaperçu, non seulement parce qu’il est inhabituel pour un scénario soit écrit dans une autre langue, mais aussi parce que c’est encore plus étrange  qu’il puisse gagner un tel prix.

Bien qu’il existe des précédents dans l’histoire récente de cette catégorie, aucune comparaison avec le fait mentionné. Par exemple, Pedro Almodovar a remporté ce prix pour lui parler, mais le scénario a été écrit en espagnol. D’autre part, en 2005, les écrivains français Michel Gondry et Pierre Bismuth gagné ce prix pour Eternal Sunshine of Spotless Mind, bien que leur rôle se limitait à seulement de créer l’histoire, comme l’Américain Charlie Kaufman qui était manié la plume quand il est venu le temps d’exposer le dialogue.

Pour l’instant au moins, nous ne savons pas beaucoup sur le processus entrepris pour l’écrire. Alejandro Iñárritu, un des scénaristes et réalisateurs, a commenté qu’ils auraient appels Skype pour développer l’intrigue, que les écrivains étaient basés au Mexique, en Argentine et aux États-Unis. Mais en dépit de la rareté des détails, une chose est claire: la langue ne est plus un obstacle.

Il est vrai que le scénario ne contient pas de lignes qui sont trop belabored, ou qui sont en harmonie avec ou spécifique à la langue. Tout ce qui est dit est dit directement et des insinuations peut être lu entre les lignes, sans la nécessité de paraître poétique ou artificiel (ce qui est courant lors de l’écriture dans une autre langue). Sa profondeur réside dans ce qu’il dit, et non dans la façon dont il est dit. Il ne cherche pas à transcender (comme le fait le personnage principal), et il est conscient de ses propres limites.

La morale de l’histoire est claire ici: Nous devons avoir le courage de quitter notre zone de confort de la langue de laquelle nous sommes habitués. C’est incontestablement clair – «No guts, no Oscar. »

Associé aux mots :