Bien que nous puissions traduire des messages de tierces personnes, nous le faisons pourtant avec nos propres mots. En effet, c’est ce choix de symboles et de significations qui constitue une création et donne aux traducteurs le rôle de «co-auteurs. »

La traduction comme une action qui est créative, en tant que co-auteur est présente par défaut dans la traduction littéraire, qui est imprégnée avec des sentiments qui ne seraient pas transmis si le professionnel en charge de la traduction n’était pas responsables. L’exemple le plus clair et le plus compliqué de ceci est la traduction de la poésie. Cela est dû au fait que la poésie est souvent étiquetée comme étant non traduisible, car elle naît de sentiments exprimés dans la rime et joue sur des mots qui sont très difficiles à faire coïncider dans une langue différente. Par conséquent, les traducteurs sont obligés de faire des changements grammaticaux pour conserver l’esprit du message d’origine et, en ajoutant une valeur créative, devenir un architecte de toutes sortes.

La tâche encore plus difficile, comme nous le verrons dans le post Traduire la poésie, est de discerner jusqu’à quel point le traducteur a la liberté de manipuler les afin de transmettre le sens du message d’origine.

À la fin de la journée, c’est le point central entre la reproduction et de la création, un rôle de caméléon entre «re-créateur » et « co-créateur » qui définit la profession et de la nature du traducteur.

Pour en savoir plus sur le monde de la traduction littéraire intéressante, visitez nos messages: traduction littéraire vs traduction technique et Quelles sont les différences entre la traduction et Transcréation?

Associé aux mots :