honore-daumier-don-quixote-300x212

Il n’y a aucun exploit intellectuel qui ne peut être considéré comme autre chose qu’inutile, selon Jorge Luis Borges dans «Pierre Ménard, auteur du Quichotte». Cette affirmation est cependant contestée tout au long court récit de l’auteur, qui raconte l’histoire d’un homme qui se décida à devenir l’auteur du Quichotte, des siècles après la parution du célèbre roman de Cervantès Menard écrit le Quichotte mot pour mot, exactement comme Cervantès l’avait fait en son temps, en copiant avec assiduité ce classique adoré – mais dans quel but? Une des idées que nous, les lecteurs pouvons faire ressortir de ce texte,  est qu’il n’y a pas deux morceaux d’écriture identiques, pas d’histoires, pas de , pas des poèmes, même si elles sont, en fait, littéralement identiques. C’est-à-dire, le contexte a beaucoup à voir avec la façon dont un lecteur approche une œuvre littéraire et Menard illustre cela à l’extrême. Borges écrit la même citation deux fois dans l’histoire, citant Cervantes et Menard que les auteurs de ladite phrase, et continue à décrire les différences de chacun (inexistantes à la première approche de ne importe quel lecteur, étonnamment flagrantes après réexamen).
Les traducteurs sont confrontés à la tâche de recréer le travail de l’auteur original, il arrive souvent un exploit difficile. Évidemment, dans ces cas, aucune des deux œuvres écrites seront identiques en raison des différences linguistiques. Cependant, la nouvelle de Borges illustre comment deux textes peuvent être en apparence semblables, mais rempli de divergences qui enrichissent l’expérience de lire le produit fini. L’ironie dans l’histoire de Borges réside dans l’auteur de mentionner combien riche Quichotte de Ménard est (bien que ce soit une récréation mot-à-mot). Borges est un maître de l’ironie, à double sens, des couches et des couches de signifiants dans ses textes, et peut donc représenter un modèle très utile pour les traducteurs qui essaient d’éteindre leur travail avec un nouveau sens, tout en restant fidèle à l’original.
Il y a, bien sûr, des traductions de l’espagnol vers l’anglais (et de très nombreuses autres langues) de la nouvelle de l’auteur argentin.

Associé aux mots :