freud blog

Traduire les œuvres complètes d’un auteur comme ça a été le cas avec le père de la psychanalyse, Sigmund Freud, l’auteur de plusieurs livres et essais qui a introduit des  idées complètement nouvelles au monde. La traduction la plus reconnue est sans doute celle de James Strachey, Colombie, également psychanalyste, qui chronologiquement a organisé et traduit des œuvres de Freud écrites entre 1891 et 1939 (48 ans!) De l’allemand en anglais. Le financier de ce projet était Marie Bonaparte, la petite-nièce de Napoléon, un ex-patient et admirateur de Freud, qui à son tour traduit certaines œuvres du neurologue autrichien en français. Cette traduction a Strachey plus de 20 ans, pour lequel il a été assistée par Alix, sa femme, et Anna Freud, la fille de Sigmund et le porteur de son héritage. Que prêté valeur incommensurable pour le travail de Strachey étaient les présentations qu’il a ajouté à chaque texte, les encadrant dans une vaste bibliographie de Freud.

Peut-être plus intéressant de discuter sont les traductions en espagnol. A ce jour, il existe deux éditions espagnoles des Œuvres complètes de Freud. La première a été traduit par l’Espagnol Luis López Ballesteros y de Torres, qui a traduit 17 volumes entre 1922 et 1934, et a été expressément félicité par Freud, qui a affirmé avoir appris l’espagnol en lisant Don Quijote. Cependant, Ballesteros n’était pas un psychanalyste, et sa traduction a été critiqué pour son manque de rigueur scientifique par ceux dans le domaine de la psychanalyse. Ce fut l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses années plus tard, à Buenos Aires, la capitale de l’Amérique latine de la psychanalyse, l’idée a été soulevée que les œuvres complètes de Freud avaient besoin d’être traduit une fois de plus.

Cette deuxième aventure a commencé en 1970, La maison d’édition Amorrortu prévu sur une traduction directe de l’œuvre de Freud de l’allemand, à laquelle s’ajouteraient les introductions que Strachey avait écrites. La personne chargée de la lutte contre cette traduction était José Luis Etcheverry, qui, en plus d’être traducteur (il  maîtrisait cinq langues), avait étudié la philosophie et l’économie. Etcheverry n’était pas non plus un psychanalyste, mais il fut conseillé par trois psychologues qui l’ont aidé à repenser les concepts freudiens à partir de zéro, comme c’était l’intention de la maison d’édition. Les 24 volumes de cette collection ont été édités entre 1978 et 1982, et ils excitèrent tout un débat parmi les experts: dont la traduction était mieux, que par Ballesteros ou par Etcheverry? En général, la nouvelle édition des Œuvres complètes a été bien accueilli en raison de ce jour concepts freudiens que dans la traduction de Ballesteros devenus quelque peu obsolète, mais, inutile de le dire, il y avait aussi des voix plus conservatrices que tourné en dérision le nouveau travail comme inutile et erronée . Depuis ce jour, le débat reste ouvert.

Associé aux mots :