pictureSelon la théorie des six degrés de séparation, proposée en 1930 par l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy, toute personne est connectée à toute autre personne sur la planète à travers une chaîne de jusqu’à cinq intermédiaires (six liens au total). En 2011, un célèbre réseau social a mené une étude pour voir combien de liens séparaient tous les utilisateurs, et a relevé une moyenne de 4,75 liens, ce qui pourrait confirmer cette théorie, qui est en quelque sorte une manière plus scientifique de dire « le monde est petit ».

Cependant en tant que traducteurs et professionnels liés au monde de la traduction et donc aux mots, nous observons et nous ressentons ce phénomène hors des faits scientifiques et mathématiques, d’autant plus au niveau de la gestion quotidienne de notre travail.

En tant que Responsable de projets au sein d’une société de traduction d’envergure internationale telle que Trusted Translations, nous sommes constamment en contact avec des individus provenant du monde entier. Plus d’une fois nous nous sommes surpris à minuit ou à deux heures du matin à planifier une traduction avec des traducteurs en , Inde ou encore en Corée, qui au même instant savourent leur déjeuner. C’est dans ces moments que semble s’ouvrir une fenêtre magique entre nos deux mondes, un portail inter dimensionnel entre leur journée et notre nuit.

À ces heures tardives, et avec l’état de conscience bien particulier de l’insomniaque, cette théorie des six degrés de séparation me revient toujours à l’esprit, je passe mon temps à essayer d’imaginer ce qui se passe de l’autre côté de cette fenêtre magique et la barrière me séparant de cette contrée lointaine s’évanouit. Que voit le traducteur auquel j’écris depuis sa fenêtre ? Quels bruits provenant de la rue écoute-t-il ? Et parmi toute cette fantaisie je réalise que je suis juste une personne dans le monde qui entoure cette autre individu, qu’il soit au , au , au Luxembourg, en Inde, en Chine ou en Australie. Il m’arrive même d’entendre depuis ma fenêtre les conducteurs de rickshaws, le bruit de la jungle cambodgienne ou le craquement des arbres sous le poids de la neige en plein hiver allemand. Bien qu’il ne s’agisse en général que de mon fils remuant dans son lit ou me réclamant car il s’est réveillé en plein milieu de la nuit…

Version en espagnol : http://blog-de-traduccion.trustedtranslations.com/seis-grados-de-separacion-2013-10-29.html

Associé aux mots :