Comme Erika Nogueira de Andrade Stupiello de L’Université d’État de São Paulo l’a noté dans son article intitulé « Implications éthiques des technologies de traduction » dans le Translation Journal en 2007, la , un outil technologique conçu pour aider les traducteurs, présente certaines questions éthiques sur la manière dont les traducteurs travaillent. La , ou comme elle est couramment abrégée dans le monde de traduction, est essentiellement une base de données qui enregistre des de texte qui ont déjà été traduits par un traducteur. Les mémoires de traduction permettent d’accroître la productivité et l’efficacité dans le domaine de la traduction.

Pourtant, comme Stupiello, les traducteurs et les clients de traduction doivent faire en sorte de non seulement regarder les avantages que fournissent des mémoires de traduction, mais aussi les questions éthiques que cet outil technologique soulève pour le traducteur. Pour bien comprendre cette question, il faut savoir qu’une fois une mémoire de traduction a été créé pour un projet ou un client, il est de pratique courante que cette base de données soit livrée au client avec la traduction, et / ou que la mémoire soit utilisée comme base pour de futurs projets du même client. Après avoir reçu cette base de données, les clients désirent souvent « coller » aux segments contenus dans la MT. En outre, comme l’indique aussi Stupiello, il existe des clients, dont le principal objectif est de réduire les coûts et encouragent les traducteurs à utiliser, autant que possible, l’option de « concordance » de la mémoire de traduction.

C’est là que réside le problème. Bien qu’il existe de nombreux cas où la terminologie qui a été stockée dans la mémoire de traduction peut être appropriée et utilisées de manière cohérente dans de futures traductions, il y a d’autres moments où cette même traduction ne peut être utilisée dans un contexte nouveau. Comme Stupiello l’a écrit « l’interprétation du traducteur de la source et les choix personnels réalisés dans la formulation du texte traduit peut interférer avec la gestion du contenu et de la cohérence, même si l’option du traducteur peut être à des moments plus appropriés pour un contexte précis que les options pré-sélectionnées offertes par la base de données. » Cela peut présenter un problème pour le client qui n’est pas disposé à payer pour de nouveaux segments ou qui n’ont pas encore été traduits. Cela implique en outre que la consistance ne signifie pas nécessairement d’assurer la cohérence.

Finalement, la décision ou non de maintenir les segments déjà traduits dans de nouveaux contextes est à la discretion du traducteur. Alors qu’il est souvent le cas que le traducteur devrait et doit maintenir des segments tels qu’ils sont conservés dans la mémoire de traduction, je voudrais, tout comme Stupiello, avertir les traducteurs qu’ils ne doivent pas se laisser « porter par l’idée fausse que le sens est fixé et ne changera pas en fonction de nouvelles associations ou nouveaux contextes dans le quel il pourrait apparaître. » Après tout, nous ne devons pas perdre de vue l’élément humain qui est si fondamental dans le domaine de la traduction.

Associé aux mots :